CDXLII.

Puisque nous en sommes aux bars d’autrefois, jadis et naguère, il faut dire trois mots de L’Épicerie. Rue Beauvoisine, dans cette partie qui n’est ni Beauvoisine ni des Carmes. Sous un autre nom, c’est, du reste, toujours un café. Tantôt ouvert, tantôt fermé. Le Mascot ? Oui. Il y a une bonne quarante d’années, c’était une charcuterie. Comme on en trouvait tant en ville (elles aussi disparues) : jambon, pâté, hors d’œuvres variés, plats du jour. Je ne sais plus ce qui poussa Jean-Louis Jourdaine à racheter la boutique finissante, à la transformer en café et l’appeler L’Épicerie.

Pourquoi pas La Charcuterie ? Crainte du péjoratif ? Possible. En a-t-on passé des soirées là-dedans ! Quelle faune ! Quelle ambiance ! Un ton nouveau ici. Les années Soixante-dix, en plein. Toute la lyre. Une époque réputée, où déjà je marquais le pas. Passant la cinquantaine, je fis le constat qu’à L’Épicerie, je m’accrochais. Chaque jour un peu plus. Dans le décor, ce n’était plus moi, ni eux. Idem pour d’autres, vieux de la vieille, qui se voulaient chauffeurs de salle et, qu’au final, on dédaignait. Qui « on » ? Les autres, plus jeunes. Ceux qui croyaient aller de l’avant.

Que sont devenus Nono, Pollux, Caramel ? Comme d’hab : perdus dans les vieux testaments de François Villon (à chaque génération ses références). Les choses furent différentes lorsque Jean-Louis Jourdaine abandonna L’Épicerie pour ouvrir La Taverne Saint-Amant (rue du même nom, T changé en D, on m’a chapitré là-dessus). Approchant la soixantaine, mon statut s’y déploya avec plus d’ampleur. Un temps. J’y mis vite fin, répugnant à jouer les gogos de service (sans parler des additions à régler). J’aperçois parfois Jean-Louis Jourdaine au Clos Saint-Marc. Nous pourrions échanger trois mots. Mais ni lui ni moi. Enfin, bon.

Pour en revenir à L’Épicerie, ce périmètre n’est plus qu’une suite de vitrines. Leurs attraits m’échappent. Aux clients aussi, puisque les boutiques s’y succèdent plus dans la durée que dans l’espace. Dire qu’on a connu là des magasins qui, se retournant, accusaient avec bonheur la cinquantaine d’années d’existence ! Aujourd’hui, c’est dix mois, un an. Leur temps est celui de l’exercice comptable. On n’est plus, ici ou ailleurs, commerçant pour durer, mais pour accomplir un temps donné. Fermé pour congés.

Pour les années qui m’occupent, que sont devenus la coutellerie Minel ou Dieppedalle librairie religieuse ? Qu’est devenu le grand marchand d’électroménager aujourd’hui Jeux éducatifs (quelle misère !) ; et le magasin de vêtements de sport ? Et A la Croix de Malte, autre librairie ? Moune ? Caroline Boutique ? Jusqu’au restaurant de l’ancien drugstore qui vient de fermer. A vendre. Et la minuscule marchande de jouets qui n’était autre (je le sus plus tard) que la grand’tante de Dominique N*** ? Remontant la rue, on arrivait à Manufrance, armes et cycles, puis à Van Moé, librairie, papeterie, photographie. Ce sont désormais, comprenne qui pourra, assurances et matelas.

Citation à retrouver : Certes il ne faut pas sombrer dans la nostalgie. Reconnaissons toutefois que ce monde fatigué nous y porte.

3 Réponses à “CDXLII.”


  • marchal patrick

    Superbe cronicle , sincèrement .
    Vous avez encore les crocs nickel !

    patrick marchal

  • marchal patrick

    bonjour Monsieur Phellion,

    Passez-moi le sel et aussi l’expression mais quelle saloperie cet internet : certains mots de votre chronique se mettent en carractères bleu clair et soulignés incitant à cliquer dessus, ce que je fais de par ma curieuse nature;
    En quelque clics j’ai les meilleurs proposition pour jambon, pâté, caramel et jeux éducatifs. J’me suis dit Félix a besoin d’argent ! Je me suis vite ravisé en me disant non pas lui !

    Voilà une petite historiette qui est très vraie et qui ne me divertit pas. Dommage le pâté n’était pas cher et de qualité.

    joyeux noël !

    patrick marchal

  • marchal patrick

    lire ci-dessus proposition avec un S , c’est cette saloperie d’internet qui me l’a volé !!!

    PM

Laisser un Commentaire




RESSOURCES DOCUMENTAIRES |
dracus |
medievaltrip |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | childrenofsatan2
| LOTFI - Un rebeu parmi tant...
| VA OU TON COEUR TE PORTE......