CCCLXXIV.

Coup sur coup, visite du Salon des Indépendants et de l’Atelier Normand de Création. Cela se passe (s’est passé) dans l’immonde rez-de-chaussée de la Halle aux Toiles. J’imagine que ce qui suit ne plaira pas aux intéressés (à supposer qu’ils me lisent). En intéressés, j’entends les exposants, qu’ils soient indépendants ou créateurs (les Normands émargent aux deux). On le sait, le premier est réservé à ceux qu’on nomme avec dédain les peintres amateurs, à ceux, bien braves qui s’avancent au devant des coups.

Vrai, ce qu’ils exposent ne vaut pas cher. On y est rarement surpris ou émus. Pour la plupart, ils font dans le genre rassurant. Pas tant pour le public que pour eux. Ça n’est pas aux Indépendants que vous vous retrouverez le cul par terre. Ce qu’on y voit a déjà été vu, c’est presque la qualité première ; le défaut dernier, lui, viendrait d’un mélange dosé de modestie et de prétention. Qui l’emporte dans ce dernier cas ? Disons la médiocrité et l’indifférence.

L’affaire est plus simple avec l’Atelier. Non que tout ce qui vient d’être écrit en soit absent, mais ce qui frappe c’est qu’on y est tout, sauf indépendant. Ici nous sommes professionnels, artistes à statuts, gensses catalogables et catalogués. Nous on vend (même que ça arrive). On s’affirme d’abord, on peint ensuite. Tant mieux ou hélas, une fois encore : ça n’est pas là que vous vous retrouverez le cul… etc. Tout pour la référence et la révérence. Comme chez les autres : ce que vous voyez là a déjà été vu et si ça vous rappelle quelqu’un ou quelque chose, vous êtes sur la bonne voie. Même que c’est exprès.

La peinture, plus aujourd’hui que naguère, se fait par couches. Amateurs, pros, semi-pros, et demis, tous les tons de la gamme, tous formats et toutes tailles compris. Comme en imprimerie, il faut se munir d’un nuancier. Un peu de magenta par ci, moins de jaune par là, jamais de noir, du cyan partout. Résultat : rien à voir avec l’épreuve originale.

Les Indépendants croient peindre pour eux ; en fait, ils peignent pour tout le monde, donc pour personne. Les Créatifs visent à peindre pour les autres, ceux qui peignent, mais moins bien qu’eux. Ce qui surnage dans leur exposition (celle de l’Atelier) : la satisfaction affichée d’être entre soi, de se congratuler via les toiles. D’être, ici, maintenant, tous d’un bon niveau. Et sans risque d’en côtoyer un qui n’aurait pas été invité. Différence d’avec les Indépendants lesquels exposent comme on va à l’abattoir : Avancez dans le fond, y d’la place ! Le boucher : Ah quelle carne !

Que choisir, bêtise ou prétention ? Et faut-il les départager ? Certains disent que la réponse sera trouvée au FRAC ou dans la dernière galerie locale estampillée contemporain tête de chien. Chez les vrais quoi, ceux de la troisième ou quatrième couche (ils aspirent à la cinquième). Vous croyez ? Pourtant, à la Halle aux Toiles, on m’a prévenu : Perds pas ton temps, là-bas c’est copinage et compagnie.

2 Réponses à “CCCLXXIV.”


  • On pourrait croire que la photo s’en sort mieux, mais non. Là aussi l’ennui nous submerge, que ce soit sur le net comme avec ce blog rouennais de photos qui mouline depuis 5 ans les mêmes quais de seine, rue piétonnes, fausses vraies vieilles enseignes ou vraies fausses nouvelles poutres. Une extension de l’office de tourisme version névrose délirante.

    Pour parachever le tout, fleurissent à Rouen comme ailleurs ces boutiques mi-expo mi-épicerie proposant vos photos à la vente (selon une alchimie de critères nébuleux). Un tirage 20x30cm encadré y est vendu 30€ ttc environ et sur ces 30€ vous en percevrez 3 sur le hors-taxes.
    3€! même pas le prix d’un sandwich! C’est le retour de la bohème version hard et sans le talent.

  • La petite souris

    On sent bien, à vous lire, que la Vérité ne sortira jamais toute cuite d’un tube de peinture.

Laisser un Commentaire




RESSOURCES DOCUMENTAIRES |
dracus |
medievaltrip |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | childrenofsatan2
| LOTFI - Un rebeu parmi tant...
| VA OU TON COEUR TE PORTE......