CCLX.

Le Fanal de Rouen, relais des actions municipales, nous entretient ce mercredi 8 décembre des investissements faits pour en finir avec la saleté des rues. Aux grands maux, les grands remèdes. Et, le quotidien l’affirme, l’adjointe chargée de la chose ne mâche pas ses mots. Christine Rambaud mâche d’autant moins ses mots qu’elle critique l’ancienne municipalité. On mesure là son souci d’efficacité. C’est désormais l’avant-propos de l’action politique : nous sommes ce que nous sommes à cause des autres. Autrement dit : il y a un avant, il y aura un après. Jamais de présent.

Passé l’exercice, l’adjointe communique sur la réorganisation des services et l’état des lieux. La ville est sale ? La faute en revient au matériel, manquant ou trop vieux. Comprenez, la grande affaire repose sur l’achat de véhicules nettoyeurs. D’où les centaines de milliers d’euros requis.

Cette mécanique (sens propre et sens figuré) n’a qu’un but : faire croire qu’on va agir. Je passe sur la nomenclature oiseuse des derniers achats, petites et grosses balayeuses, saleuses, laveuses de rue, ou tondeuses à talus. On imagine le vertige des techniciens à la lecture des catalogues. Trois balais achetés, le sixième est gratuit. Livraison offerte.

La commande vise aussi à combler la fierté desdits agents du service. A la lourdeur de la facture, ils se persuaderont qu’on ne se fiche pas d’eux. Ce que du reste souligne Le Fanal en précisant que climatisés et confortables, les nouveaux engins sillonneront la ville, et qu’il s’agit là des Rolls Royce des matériels. Bref, question propreté, la reine d’Angleterre ne ferait pas mieux que Christine Rambaud. La première sillonne Hyde Park en carrosse, la seconde… Enfin, bref.

Voulez-vous sourire ? On vient d’acquérir trois laveuses de rue. C’est une chose. Mais l’une des trois est à double potence, efficace pour nettoyer plus rapidement les rues à sens unique. Voulez-vous rire ? Il y a aussi la laveuse multifonctions, 4×4, lavage, salage et chasse-neige, indispensables pour les rues à forte déclivité. J’ai sans doute tort de m’esclaffer.

Le matériel n’est pas tout. L’important : la prise de conscience. Le public, les publics. L’éco-citoyen, le Rouennais responsable, le participatif, le militant…

D’où, pour finir, avant que les rues soient propres, une campagne d’information et de communication. Pas, comme autrefois, une campagne de communication et d’information. Non, une campagne d’information et de communication. Pas du tout ce que faisait la précédente municipalité avec le résultat qu’on sait. Ajoutons que ladite campagne se fera en 2014, histoire de voir l’histoire se répéter. Peut-être à l’envers et à sens unique, vu la forte déclivité. J’ai tort de m’esclaffer. C’est pleurer qu’il faut.

Dès son lever, chaque matin, Elizabeth II observe le monde de sa fenêtre. La reine est trop souvent mélancolique. Au bas de Buckingham Palace, elle observe un balayeur flegmatique. Avec conviction, celui-ci balaie devant sa porte. L’avenue sera bientôt propre. Nickel, comme disent les Anglais. Gardienne de la tradition et de la durée, Sa Majesté reprend vigueur. Merci au balayeur, grâce à lui The Queen a l’assurance des grands jours. Pas Christine Rambaud.

2 Réponses à “CCLX.”


  • Allez, c’est pas grave, y fait beau, c’est l’été !

  • On vit quand même une drôle d’époque!
    Dans ma rue par exemple, Beauvoisine pour ne pas la citer, les balayeuses astiquent la chaussée avec forces passages. C’est vrai quoi, ce n’est pas pour rien que devant les garages et autres parking il est stipuler de s’essuyer les pneus avant de garer; rien n’est plus révoltant qu’un box boueux ou un parking qui sent la merde, on est quand même au 21ème siècle nom d’une pipe!

    A vrai dire, après m’être emporté maintes fois, expédiés moult mails et photos/vidéos des trottoirs et autres containers à nos élus (que Dieu les bénissent), j’ai fini par baisser les bras et regarde désormais passer les balayeuses comme une vache les trains, sans chercher à comprendre. J’ai aussi pris goût à ces parcours piégés des trottoirs sur lesquels chaque jour les embûches s’accumulent et/ou se renouvellent et qui entretiennent ma vigilance ainsi que ma souplesse, et hop la déjection canine, et hop la gerbe pizza-beer, et hop le demi-canapé souillé…

    Mais quand même, je prévois dès que je peux de me racheter une voiture afin de rouler avec délice sur les chaussées immaculées et laisser à son triste sort le pauvre peuple des piétons et leur merdier quotidien.

Laisser un Commentaire




RESSOURCES DOCUMENTAIRES |
dracus |
medievaltrip |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | childrenofsatan2
| LOTFI - Un rebeu parmi tant...
| VA OU TON COEUR TE PORTE......