CCXXI.

Revenant de chez mes chinois de cousins, à la station Ernest-Renan, rencontre avec Jacqueline. Partait avec sa valise (un trolley) pour la gare. Pas vue depuis des lustres, où en étions-nous ? Phrases à phrases, hésitantes, comme pour ne rien dire, alors que nous en avions long. Notre liaison dura, quoi, deux ans ? Un peu moins si je consultais mes carnets.

Elle était alors vendeuse, rue du Gros-Horloge, au magasin Elda. C’était vers 1968 ou 1969. Qui n’a pas connu les Sixties, qui n’a pas connu Elda, saura à peine de ce dont je parle. Jacqueline s’habillait à la mode Courrèges. J’avais idée qu’elle ressemblait à Nancy Sinatra ou Jane Fonda. C’est dire qu’à la station Ernest-Renan, il n’en reste pas grand-chose (plus pour moi que pour elle). Ou plutôt si : l’idée qu’on s’en faisait. Dans ce sens, nous n’avons pas changé. Elle porte toujours du clair et des sandales dont la mode est revenue. Me demande où j’en suis. S’amuse de me savoir encore (toujours) célibataire. Elle ? Ne réponds rien. Parle d’autrefois.

Du temps qu’il fait. Du temps qui change. Qui ne change pas. Son chien lui donne du souci. Il a fêté ses dix-sept ans cette semaine et se meurt d’arthrite. Tu parles si je m’en balance de son chien. Sa vie semble remplie. Va à Paris, à Marseille, en Corse, voyage beaucoup. Moi pas. Jamais. Bref, tu ne changes pas. La constatation semblait la décevoir. Ce que j’ai toujours fait.

Revoit-elle d’anciennes vendeuses de la boutique ? Pas plus que ça. C’est loin. Lui rappelant tel ou tel détail de la boutique, elle met ma mémoire en doute. Tu enjolives. Les mannequins, les grands panneaux colorés, les couloirs en glaces, la moquette orange… C’est possible, oui… Nous parlons de Claude Mendelovici, le patron, un type. Peintre, mécène, s’ennuyant dans la fanfreluche, mais y gagnant largement sa vie. Chantal, Martine, Ingrid ? Cette grande fille aux cheveux noirs ? Aucun souvenir.

Tu habites toujours rue du Baillage ? La gaffe. Non, ce n’est pas moi, c’était celui pour qui tu m’as quitté. Nous étions à Théâtre des Arts, il était temps de descendre. J’ai regardé le métro s’éloigner. Jacqueline a toujours son si charmant sourire. Consolation ?

A la place d’Elda, c’est un fast-food. Où s’habille-t-on aujourd’hui aussi moderne que chez Elda ? N’en sais rien et aurais pu le demander à Jacqueline. Qu’est devenu Claude Mendelovici ? Mort peut-être, mort sans doute. C’était un grand ami d’Yvon Hecht, journaliste, lui aussi mort il y a peu.

Claude Mendelovici, peintre oublié, peintre disparu. Trop silencieux, trop discret. A Rouen, c’est toujours un défaut. Faut faire croire à mieux. Enfin, là encore, ça dépend de ce qu’on veut faire de soi. Allais-je rentrer chez moi ? Histoire d’en finir, je suis allé, rue du Gros-Horloge, au fameux Quick. Quel pèlerinage ! Tout ça pour un Club chèvre à la provençale, une moyenne frite et un quart San Pellegrino. Avalé, passé, digéré. Le reste suivra.

4 Réponses à “CCXXI.”


  • Je me souviens de cette boutique où petite fille j’allais en compagnie de ma soeur aînée. Pour moi c’était alors le temple de la mode ! Je me souviens aussi d’une dame (la patronne ?) à la poitrine opulente et au parfum sucré, Shalimar je crois… Le nom du parfum, pas de la dame ! N’est-ce pas dans cet espace qu’ensuite s’installa un magasin de meubles contemporains ?

  • Adolescent dans les années 70, j’avais le souvenir d’un magasin « Elda »
    situé à l’angle que font les rues des Carmes et Ganterie…

    Les filles qui s’y rendaient étaient plutôt jolies et on pouvait les identifier facilement dans les rues de Rouen car elles arboraient pour beaucoup le sac en toile avec l’inscription « Elda » que je suppose leur offrait la boutique lors d’un achat un peu conséquent.

    C’était une autre époque… Les chaines commerciales n’essaimaient pas encore dans chaque ville de l’Hexagone les mêmes magasins formatés , monotones, sans surprise, que nous découvrons maintenant à Rouen, Caen, Paris, ou Toulon…

  • Et n’oublions point « Henry’s », haut lieu de mode branchée et vendeuses inaccessibles au petit arpette que j’étais, située à peu près là où est Lepage actuellement. T’en souviens-tu Félix?

  • jolie plume félix, le plaisir de vous lire

Laisser un Commentaire




RESSOURCES DOCUMENTAIRES |
dracus |
medievaltrip |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | childrenofsatan2
| LOTFI - Un rebeu parmi tant...
| VA OU TON COEUR TE PORTE......