CC.

Le médecin constate mes défauts. Prend avec moi des airs moralisants. On paye l’addition dit-il. Scrutant le résultat de mes analyses, il refuse de transiger ou de négocier. Les chiffres du trimestre ne sont pas bons. C’est même mauvais. Nous sommes à la Bourse. Ou au casino. Le 6 n’est pas sorti, c’est le 3. Du reste, aucune conséquence. Je me contente de compatir, d’avaler gélules roses, pilules blanches et d’oublier ses airs de père la vertu.

Ce jeune Knock m’amuse. Comme d’autres s’écoutent parler, il se regarde rédiger ses ordonnances. Par ailleurs, lecteur du Figaro Magazine (sa salle d’attente me le signale). Il est le fils de T*** avec qui j’ai autrefois fait la java. Ce raisonneur à la sauce Vidal apprendrait avec stupéfaction que j’ai le souvenir de son père, bien alcoolisé, courant après les secrétaires lors de l’inauguration des frigidaires Conord. Oui, rue Jeanne d’Arc, à l’angle du Palais de Justice, face au Café de la Poste. Fin des années Cinquante, pour qui aime la chronologie.

Soirée à ce point tapageuse qu’on en parla ici pendant des semaines. Dire aussi que le spectacle était plus dans la rue qu’à l’intérieur. Toutes fenêtres ouvertes, on s’amusa (qui ? pas moi) à lancer sur les passants tout ce qui nous tombait sous la main. Même une machine à écrire. Aujourd’hui, mon laboratoire d’analyses en profite. Vrai que pour combattre le froid de Conord (imparable slogan) la société n’avait pas lésiné sur l’antigel. Les traces restantes se faufilent dans mon exploration lipidique.

Autre chose. Notre municipalité mérovingienne a, paraît-il, dans ses cartons le projet de fermer les marchés à treize heures. En particulier celui des Emmurées, le samedi. Ceux de Saint-Marc mardis, vendredis, samedis. Pour l’officiel, on avance la cherté des heures de nettoyage. Pour le subliminal, il se dit, malgré tout, que les étals encore présents à ces heures marquent mal. Certes, il suffit d’aller aux Emmurées un samedi pour s’y sentir ailleurs. Et en même temps ici.

Chinois, Arabes, Noirs, Juifs, Auvergnats y débitent de tout un peu. A boire, à manger, de quoi se vêtir au juste prix, sinon au prix juste. Les raffinés et les délicats s’abstiendront. Les tenants du droit du travail aussi. Et, accessoire, les hygiénistes. Au vrai, il n’y a que les pauvres qui trouvent ça bien. Pauvres qui, la mesure mise en place (cas de le dire), ne diront rien. Se résigneront. Ils en ont l’habitude.

Cet épisode résume à lui seul notre politique municipale. Sans réflexion, sans artifice, avec la candeur revendiquée du manque de moyens, on sacrifie le principal sur l’autel de l’accessoire. Car enfin, qu’est-ce qu’un marché face aux données comptables ? Rien pour les Municipes. Tout pour nous. Faire autre chose ? Impossible ! Les Emmurées, ça ne vaut ni en prestige, ni en tourisme, ni en chalandage.

Sorti de chez mon docteur, histoire de fanfaronner, j’ai déjeuné place de la Cathédrale. Avec apéritif encore. Ça lui apprendra, à ce foutriquet. Au passage, j’ai jeté un œil sur la boutique Hermès. A tout prendre, c’est comme aux Emmurées. Là aussi il y a des foulards. Comme quoi, quand on veut…

0 Réponses à “CC.”


  • Aucun commentaire

Laisser un Commentaire




RESSOURCES DOCUMENTAIRES |
dracus |
medievaltrip |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | childrenofsatan2
| LOTFI - Un rebeu parmi tant...
| VA OU TON COEUR TE PORTE......