CXCVIII.

La démolition du Palais des Congres (nom d’un poisson) est l’attraction première. Chacun y va de sa photo et, au final, j’en jurerais, de son léger regret. Gageons que la trop fameuse exposition de l’été qui vient ne suscitera pas la même ferveur. Pour ma part, je compte m’enfermer et n’en rien voir, sinon ce que m’en imposeront les autorités. Car hélas, pour l’occasion, on nous prépare un joli lavage de cerveau à la mode 1880. Ça promet dans le genre caboulot, partie de canotage, bal Bullier et cabaret du Père Lathuile. Tout dans la pacotille, l’à-peu-près et la suffisance locale. Tiens, j’aurais quarante ans de moins, j’y jouerais le Ravachol de service.

Bon, mais pour l’heure, il me faut trouver une fixation afin de changer celle qui supporte (supportait) un accessoire de salle de bains (j’épargne les détails). Constat rouennais : plus une quincaillerie en ville. Me dit-on, il faut aller du côté d’Isneauville, Darnétal, voire Barentin. Piéton impénitent, je longe le Mont-Riboudet vers un grand container brico quelque chose. Rien qui vaille.

Carabine m’indique au bas de la rue Beauvoisine, une droguerie où on trouve tout. Pas faux, mais pas tout à fait vrai. En tous cas pas ce que je cherche. Inutile de parler de défunt Deconihout (rue du Gros-Horloge) ou Delabarre et Godart (itou). Tout ça, passé d’un passé dépassé. Et Ragot, rue de l’Hopital ! Saint-Gilles, rue de la République ! Sauvé, place Saint-Vivien ! Boimare, rue de la Pie ! Boissière, rue aux Juifs ! Ah, j’arrête là, c’est trop triste.

Eva Molineux, à qui j’en parle, épaule consolatrice, me rappelle la grande quincaillerie Gilles, sise elle rue des Carmes. Coup de massue ! J’oubliais ce temple ! Sa façade de faïence noire, ses grandes vitrines, ses chromes, ses nickels… crochets de 12, boulons de 16, tire-fonds à l’anglaise… Sur trois niveaux, néons éblouissants, vendeurs en blouse, clientèle de pros… Des choses comme on n’en verra plus.

C’est aujourd’hui le siège d’une parfumerie. Son nom ? Celui d’une des épouses du prophète Moïse. Les belles fashionables qui en franchissent le seuil ignorent peut-être, ignorent sans doute, que ladite épouse, nomade africaine, n’est pas étrangère à la pratique vénérée de la circoncision. Laissons nos contemporaines méditer sur ce point.

Nous revoici au défunt Palais, car si je ne m’abuse, la grande pince cisaillante ou cisailleuse (on me voit venir) ne va pas tarder à mettre à jour de ce qui reste de la quincaillerie Gilles d’autrefois. La boucle sera bouclée. Il faut toujours, dans quelque temple, adorer l’Éternel…

Notre temps a celui qu’il mérite. On ne le sait que trop, l’époque est vouée à Mammon. Lequel est omniprésent rue du Gros-Horloge, rue des Carmes, rue du Bec et alentours. Chaque samedi que Dieu fait, il guette nos âmes aux coins du quadrilatère marchand (terme de management) de nostre belle cité (terme médiéval).

Notez que si l’ange déchu, valet de Lucifer, se balade chez Armand-Thierry, l’Union rationaliste saura le reconnaître : ils portent le même blazer.

0 Réponses à “CXCVIII.”


  • Aucun commentaire

Laisser un Commentaire




RESSOURCES DOCUMENTAIRES |
dracus |
medievaltrip |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | childrenofsatan2
| LOTFI - Un rebeu parmi tant...
| VA OU TON COEUR TE PORTE......