CXCVI.

L’autre nuit, brusque réveil, vers quatre heures. Là, dans l’espace blanc du mur, un mot inscrit devant moi : Rosébleu. Qui s’en souvient, ce fut, rue des Carmes, un magasin de fringues pour petits chéris. A qui cherche des balises, dans la partie ancienne de la rue, sur la gauche en descendant, à proximité de la confiserie Héloin. Cette dernière éclaire comme un phare : tant qu’on voit Héloin, tout va bien. Surtout sa vitrine côté Fossés Louis VIII avec ses coupelles de pastilles, boules de gommes et bonbons à la violette. Rien que le pain d’épices !

Mais Rosébleu ? Aucun rapport avec Citizen Kane (encore que… on a les boules de neige que l’on peut !) Oui, pourquoi s’éveiller avec c’teu boutique ? Mystère des songes ! Mais non, à y réfléchir, à y revenir, ce rêve de la nuit du samedi 13 au dimanche 14 est lumineux. Il me fallait rêver Rosébleu pour deviner Rose ou Bleu, à savoir : qu’allais-je voter ? Notez que je n’ai pas rêvé Le Ballon Rouge (magasin de jouets rue du Général-Leclerc) ou Les Raisins Verts (épicerie rue Saint-Nicolas), non, j’ai rêvé Rosébleu. Je sais qu’il y aussi la Boutique Orange rue Guillaume le Conquérant, mais enfin, comme on dit pas de quoi rêver.

Mon cher neveu, reparti je ne sais où (en fait, il est à Malte) m’a chargé de son vote. Je vais avoir deux bulletins. Ce turlupin vote Front de Gauche après avoir voté Vert. On lui aurait, chez ces derniers, fait des misères. Bref, n’a plus qu’une position : faire monter les enchères. Qu’en adviendra-t-il ? On verra. De mon côté je vais voter inutile, voter pour rien, voter pour voter. Tiens, MoDem. Au final, c’est le seul qui me mobilise. Que n’entend-t-on sur lui : Pas d’alliance ! Pas d’alliance ! S’ils sont là, on s’en va. S’ils s’en vont, on vient !

Tout ça la conscience tranquille : ces lignes, écrites dimanche 14 mars au matin, telle la mère Verdurin trempant son croissant, seront publiées après le premier tour. Elles auront un bon goût de réchauffé (comme toute politique). Cela ne résoudra rien : au second tour, pas de pari, j’aurai à voter Rosébleu.

Mercredi 17, au su des résultats et face aux nouvelles échéances, je constate. Mon Jérôme s’est fourvoyé. Son attelage d’occasion n’a pas fait pas les chiffres espérés. Aurait-il, par ma procuration, voté Vert de Vert qu’il n’en aurait pas été plus jovial. Là encore, c’est médiocre. Moi seul, vieux briscard politique, ai obtenu le résultat escompté : votant inutile, votant MoDem, j’ai voté pour la voiture-balai, pour le RPF de 1953 (allez les jeunes, à vos manuels !)

Bon. Mais dimanche 21 ? Réflexion faite, j’ai décidé de découper un rectangle blanc dans une feuille de papier. Un rectangle ou un carré, et de le glisser dans l’enveloppe. Mais dites, ce papier blanc, ce carré, cet espace de papier, encore une indication ! Ce Carré Blanc, n’est-ce pas une trouble boutique, genre sex-shop, logée rue de la Champmeslé ? Il paraît que oui. Donc Rosébleu devenu Carré Blanc ne serait qu’un rêve… comment dire… Me voilà propre.

0 Réponses à “CXCVI.”


  • Aucun commentaire

Laisser un Commentaire




RESSOURCES DOCUMENTAIRES |
dracus |
medievaltrip |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | childrenofsatan2
| LOTFI - Un rebeu parmi tant...
| VA OU TON COEUR TE PORTE......