CXCI.

Le Palais de justice est un beau palais, toutes les jeunes filles y sont à marier… (air connu). A côté, on y voit l’Espace du Palais, là où les mêmes jeunes filles… Mais là n’est pas la question. La question c’est : quel destin pour ce palais sans espace, cet espace sans palais ? Construit dix ans avant la fin du précédent siècle, il fut l’ultime cadeau que nous fit Jean Lecanuet. Il fallait voir notre maire, à l’inauguration, chimio-terrassé qu’il était, mimant son enthousiasme de toujours. C’était pathétique. Et prémonitoire. Le vrai tombeau de Jeannot n’est pas à Boscherville, il est rue Saint-Lô.

Vingt ans déjà et une décrépitude à ne pas croire. Les résidents maudissent chaque jour leur notaire. Leurs appartements, achetés à prix d’or (ce fut l’une des opérations les plus fructueuses du temps) sont devenus invivables. C’est bien fait. Ça leur apprendra à croire les politiques jouant les vendeurs immobiliers (ou le contraire ?)

Aujourd’hui, de leur balcon, ces courtisans regardent le château livré aux bistroquets du plus faux chic qui soit. Aux terrasses, été hiver, s’ébat la Rouennerie sonnante et trébuchante. C’est bruyant, un brin crasseux, asphyxié de la grandeur d’enseignes à quinze euros le menu, café gourmand compris. Oui, bien fait. A bas les riches, à bas les pauvres. Ça leur apprendra.

A-t-on oublié qu’exista, à l’ouverture de l’Espace, au sous-sol, un super-market ? Il fit faillite et fut remplacé par la FNAC (la même chose dans un autre genre). A l’occasion, le nouveau maire (c’était Robert le Pieux) offrit à l’Agitateur l’arche ouvrant le passage vers la place Foch. Tant pis pour le piéton de biais, il passerait plus haut. Personne ne s’en émut. On eut tort. Si le patio (tu parles !) est devenu ce qu’il est, il est le résultat de cette fermeture. Faut-il rappeler que Robert le Pieux fut, en son temps, excommunié par le pape Grégoire V ? On n’invente rien.

Aujourd’hui, l’Espace vivote. Au sous-sol, il pleut. Les magasins ferment les uns avant les autres. A ce point que, dans une des cases, on a établi – funeste présage – une galerie de peinture ! Quand l’art s’en mêle, c’est fichu. Bientôt on va refaire la dalle des cantines aux pots de fleurs. Ce sera six mois de travaux. Bientôt on va refaire la rue Saint-Lô. Dix mois de gravats. Bientôt…

Bientôt c’est l’Agitateur qui s’en ira, trouvant qu’en son palais de Tourville, malgré la rivière, il a les pieds au sec et qu’il y gagne plein d’écus. Dame…

A-t-on oublié qu’avant l’Espace, il y avait un assez beau parking et un marché aux fleurs ? Le premier ressemblait – étrange – à ce qu’a fait Rudy Ricciotti à Grammont. Non, on n’invente rien. Mais j’y pense, si l’Agité s’en va, l’ennuyeuse bibliothèque de l’étage pourra prendre la place. On mettra des seaux.

Au marché aux fleurs, il y avait – étrange – des fleuristes. Dans la boutique de l’un d’eux, perché sur son arbre, un grand toucan. Son air endormi révélait la vérité des choses. Il savait les questions et les réponses.

1 Réponse à “CXCI.”


  • « A-t-on oublié qu’avant l’Espace, il y avait un assez beau parking ».

    Beau, ce parking ?? et même « assez beau » ?????

    Soit nos souvenirs, soit nos critères esthétiques, soit les deux divergent profondément.

    D’ailleurs personnellement j’ai rarement rencontré de « beau » parking ; 2 relatives exceptions : un parking récent à Avignon comportant un mur végétal, et un autre, récent aussi, à Cahors, intégrant des vestiges gallo-rmains.

    Sinon…Mézigue je cours vers le moindre patio pour fuir le moindre parking

Laisser un Commentaire




RESSOURCES DOCUMENTAIRES |
dracus |
medievaltrip |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | childrenofsatan2
| LOTFI - Un rebeu parmi tant...
| VA OU TON COEUR TE PORTE......