CLXXVI.

On s’occupe trop de politique. Par les temps qui courent, on ferait mieux de penser à autre chose. Par exemple, à recenser ce qui reste de bons pâtissiers en ville. Vrai, où trouver un bon pithiviers ? Ou un pithiviers tout court. Et des millefeuilles qui vaillent ? Des conversations aussi ? Pfuit… De ces dernières, il y en existait autrefois d’excellentes, rue Thiers, dans cette pâtisserie à l’enseigne de L’Impératrice, presque en face du Musée.

C’est à présent un cabinet d’assurance ou chose approchante. Ce fut jadis un joli salon de thé, avec une pâtisserie raffinée, un service à l’ancienne, dans de la vaisselle qui avait vécu (c’était là son charme). Ajoutons-y, pour finir, une clientèle méritant toutes les épithètes ci-dessus.

Oui, que sont devenus pâtisseries et pâtissiers disparus et tant aimés ? Aujourd’hui, n’importe quoi, ce ne sont plus des gâteaux, ce sont des fruits figés sur de la génoise. Du glaçage, du saupoudrage, du tape à l’œil. Quatre euros la buchette de Noël et roulez jeunesse ! Notez qu’il en est de même pour les partis politiques et leurs militants. A qui s’en remettre pour un goût certain, une idée claire, une étiquette incontestable ? Dans ma jeunesse, un éclair au chocolat c’était un éclair au chocolat, et un militant du PCF un militant du PCF.

Aujourd’hui, ça va ça vient. On détaille, on chipote, on choisit. On est à Gauche, pas tout à fait, un peu quand même. Toujours la restriction. Idem pour la Droite où on flirte, on allume, on marivaude. C’est pratique dans un sens, on est toujours du bon côté. On ne se trompe pas, on ne trompe personne. Bref, jamais en défaut, car on l’avait bien dit. Ai-je le temps de me demander ce que mon neveu fait avec Bayrou, qu’il est déjà MoDem d’opposition, passé bientôt chez les Verts, et que je le vois lorgner du côté du Front de Gauche où finalement

C’est à donner le tournis et friser l’indigestion de crème anglaise. Quel garçon formidable : aucun préjugé. Sur ce point ma génération diffère de la sienne. Dieu sait si j’ai haï untel ou untelle parce qu’ils étaient stalinien, gaulliste, Algérie française, Occident… et tutti quanti. Jérôme lui, parle avec tout le monde, passe sans complexe de la pâtisserie fine à celle de Carrefour (vrai que parfois…). Il ne se formalise de rien.

D’autant que stalinien, gaulliste, Algérie française, Occident… untel et untelle ne l’étaient pas. Ou peu. Mais j’avais besoin d’y croire. Et continuer. Il n’empêche, à suivre mon neveu dans son supermarché, ne finira-t-il pas, comme moi, Gros Jean comme devant ? Ces étiquettes avec mentions, promotions, réductions, ces prix marqués qui n’en sont pas, c’est encore de l’habillage. Le contenant pour le contenu. En somme, de la communication. Si je lui en parle et argumente, Jérôme acquiesce. Pas idéologue pour deux sous. Juste efficace. Pragmatique comme on dit.

Aurait-il raison et moi tort ? Ah, que ne suis-je resté A l’Impératrice où la petite vendeuse savait faire de si jolis paquets avec une ficelle rouge !

1 Réponse à “CLXXVI.”


Laisser un Commentaire




RESSOURCES DOCUMENTAIRES |
dracus |
medievaltrip |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | childrenofsatan2
| LOTFI - Un rebeu parmi tant...
| VA OU TON COEUR TE PORTE......