CXXXII.

L’auteur de Rouen Chronicle a des difficultés pour savoir. Empêtré dans ses souvenirs, sa mémoire, sa vie difficile, il néglige ce temps présent. Enfin, il me semble. A traîner place de l’Hôtel de Ville, à suivre des gamines dans la rue (mais oui, gros malin), il en a négligé de dire ce qu’il pensait de la bataille des Européennes. A venir aujourd’hui participer au débat, nul doute que les patates aient goût de réchauffé.

Il existait autrefois, place des Carmes, côté Nord, une boutique à l’enseigne de Clinic-Poupée. Les parents y allaient réparer ours en peluche et baigneurs. Ils avaient perdu un œil (les parents ?), un bras ou une jambe, et venaient là chercher réconfort et renouveau. Quelle Clinic-Poupée pour nos politiques locaux ? On aurait tendance, de nos jours, à jeter le vieil objet et à en acheter un autre. A lire quelques blogs, ici et là, confirmation m’en fut donnée.

Et aussi Jérôme, mon neveu. Revenu d’un stage à Malte (Erasmus, pour ce qu’il en a à faire !), il me chapitre sur ses nouvelles convictions. Jetant les anciennes au dessus les moulins, il est acquis désormais à ce que je nomme, histoire de le faire enrager, la « défense des ours blancs ». L’air maltais sans doute.

Enfant, j’ai eu un ours nommé Teddy (ça n’était guère original). Il a été acheté par ma mère, six mois avant ma naissance, au rayon jouets des Nouvelles Galeries. Veille de Noël. Aujourd’hui, il n’a plus d’yeux et l’une de ses pattes laisse échapper des brins de paille. A bien compter, il est âgé de soixante-dix neuf ans. Au cours de mes rangements, je tombe encore sur lui. Quitte à être tout à fait idiot, je dépose sur son museau un furtif baiser.

Tout ça pour dire qu’il ne faut jamais renier ses origines ou ses amours. La politique est une chose décevante, mais nécessaire. C’est comme la philosophie. Ou la religion. Sachez, jeunes gens, que ça ne console de rien. Mais c’est une huile formidable pour les moteurs. Quand tout était au pire, au plus bas, bataille perdue, troupes en déroute, le président Mao s’exclamait (parait-il) : « la situation est excellente ». Entendez, on ne peut tomber plus bas, on ne peut que remonter. Bref, au fond du trou on mesure la ferveur des convictions. Le reste n’est qu’accessoire.

A la place de Clinic-Poupée, il y a désormais un quelconque marchand de je ne sais trop quoi (au vrai, La Sellerie du Bec, sacs chics). A deux pas, un traiteur chinois (l’ombre de Mao), en face le Café des Carmes, plus loin l’école Sainte-Marie (priez pour nous !), puis la salle des ventes. Le Café des Fleurs aussi, un genre de pizzéria, un hôtel… Bref, on a le choix.

Comme on avait le choix avec les dix-huit listes présentes le 7 juin dernier. J’ai voté… Pas mieux, pas plus. Au soir, devant ma télé, les résultats ne m’ont pas déçu. Juste agacé. Guère le lieu ici d’en dire le pourquoi du comment. Et aussi, à presque un mois de là, avouez qu’on s’en fiche un peu, par exemple.

0 Réponses à “CXXXII.”


  • Aucun commentaire

Laisser un Commentaire




RESSOURCES DOCUMENTAIRES |
dracus |
medievaltrip |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | childrenofsatan2
| LOTFI - Un rebeu parmi tant...
| VA OU TON COEUR TE PORTE......