XCI.

C’en sera bientôt fini. Oui, des « fêtes », des cadeaux, de la mangeaille, des vœux, des souhaits, des « rétros », des galettes, des soldes. Et c’en sera fini des mascarades qui accompagnent ces rituels de plus en plus pesants. Effet du vieillissement ? J’ai l’impression que c’est, d’année en année, de pire en pire. Si seulement on pouvait être chloroformé chaque 5 décembre et être réveillé chaque 5 février (voire plus tard, après les « séjours à la neige »), je m’inscris de suite.

Jérôme, mon neveu, qui n’en rate pas une dans le genre dynamique, a voulu me traîner « aux vœux du maire ». C’était jeudi 8 janvier. Le moindre froid des rues ne pouvant me servir de prétexte, j’ai argué qu’il me restait de la lecture en retard, et surtout le visionnage des épisodes de l’Apocalypse proposés par Arte.

Bien m’en a pris. Car, s’agissant d’interprétation de textes sacrés, on ne peut s’empêcher d’être ébloui. Ainsi : « il y avait un trône dans le ciel, et sur le trône quelqu’un était assis. Celui qui était assis avait l’aspect d’une pierre de jaspe et de sardoine ; et le trône était environné d’un arc-en-ciel semblable à de l’émeraude. Autour du trône je vis vingt-quatre trônes, et sur ces trônes vingt-quatre vieillards assis, revêtus de vêtements blancs…  » (Apoc. IV. 2-3)

Tout ça est lumineux, mais j’explique : le trône dans le ciel, quelqu’un assis dessus, c’est la mairie et Valérie Fourneyron. Le jaspe, c’est un quartz de couleur rouge (précision importante) ; il dégage une grande énergie, c’est le symbole de la vitalité physique, du courage, de l’esprit d’entreprise, et dit-on, il donne de la « force dans les jambes » (ça c’est pour le vélo). La sardoine c’est encore une pierre, une agate rougeâtre (précision encore) et surtout « transparente » (à cause des débats interne du PS ?). La pierre est aussi symbole de foi et de martyre (avouez que…)

L’émeraude, évidemment ce sont les Verts. Les vingt-quatre vieillards, ce sont les adjoints et les conseillers délégués. S’ils sont « vêtus de blanc », c’est à cause des restes de Rouen Givrée. Reste l’arc-en-ciel ; là, l’exégèse hésite. Certes c’est le drapeau des gays, mais peut-on croire qu’au Conseil… Non, impossible. Du reste, les vingt-quatre adjoints et délégués sont en réalité vingt-cinq. Il en manque donc un assis sur un trône. Un adjoint de « trop » ? L’allusion est obscure. Par bonheur la parole de l’apôtre Jean vient à notre secours ; dans le chapitre VII. 3, il est dit : « Ne faites point de mal à la terre, ni à la mer, ni aux arbres ». Bingo, ça c’est pour le hêtre du square Verdrel qu’on va tronçonner. Donc un avertissement, sinon une menace. Ça augure mal de l’année à venir.

Voilà tout ce que j’ai compris des deux premiers épisodes de la série de Jérôme Prieur et de Gérard Mordillat. Lorsque mon neveu est rentré de la Halle aux Toiles (Crémant d’Alsace et langues de chat), il me certifie que je dormais devant le poste ; sur l’écran, une rediffusion de Plus belle la vie.

1 Réponse à “XCI.”


  • Rigolo !

    Ceci dit, j’y étais auusi aux voeux du maire : rien d’apocalyptique, je le déclare, ni dans le discours, ni dans l’ambiance. Des vieillards, certes ; mais pas seulement, loin de là, même

    Nul petit four, c’est vrai encore. Mais vous rappelez justement qu’il y a overdose de ripailles début janvier

    Et de la musique très tonique (jeunes du Conservatoire de Rouen)

Laisser un Commentaire




RESSOURCES DOCUMENTAIRES |
dracus |
medievaltrip |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | childrenofsatan2
| LOTFI - Un rebeu parmi tant...
| VA OU TON COEUR TE PORTE......